BIENVENUE SUR LE BLOG DE PAPA GATO

5 juillet 2012

La blasitude.

A force de ne plus savoir discerner le bon grain de l'ivraie, certains aficionados, à leur insu et à leurs dépends, aident à précipiter la corrida contemporaine dans les oubliettes où notre société déracinée veut l'embastiller. Les triomphes de Manzanares à Séville, le retour majuscule de Jose Tomas à Badajoz les laissent indifférents, eux qui, il y a encore quelques années, étaient capable d'arpenter la planète torera de Nîmes à Barcelone à l'annonce d'un cartel phare.


Dans leur tauromachie, le Père Noël est mort.
Oserai-je écrire qu'ils sont dans leur "blasitude" les produits de nos sociétés gavées?
C'est entendu, la tauromachie est corrompue par l'argent et ne resplendit pas, à chaque instant, d'une blancheur immaculée (!). Mais elle offre encore de grands moments. Chaque saison. Soulignons-les, exaltons-les comme des références et non comme de exceptions. Nous avons devoir d'enthousiasme.


1 commentaire:

  1. Oui c'est vrai il y a dans la bloguitude beaucoup de blasitude!

    RépondreSupprimer